Première et dernière escale : New York

Première et dernière escale : New York

La singularité d'une transatlantique est qu'elle ne propose qu'une seule et unique escale : New York. Autant se donner toutes les chances de la réussir. Voici quelques points d'intérêts et quelques rappels historiques sur ces derniers. Nul doute que vous vous devez de les découvrir une fois le pied sur la terre ferme…

La baie de New York

La baie de New York sera donc votre première et unique destination après votre croisière transatlantique. Située sur la côte nord-est des Etats-Unis, dans l’Etat de New York, cette baie forme l’embouchure du fleuve Hudson. Son entrée est symbolisée par un détroit appelé The Narrows, enjambé par le pont Verrazzano, présent entre Staten Island et Long Island. Cette baie baigne plusieurs arrondissements de New York tels que Staten Island, Brooklyn et Queens, présents sur Long Island et le plus célèbre d’entre eux, Manhattan. L’aire urbaine de New York, qui s’étend sur près de 1 215 km² et abrite près de 8 244 000 habitants correspond à la mégalopole la plus peuplée du pays.

En 1524, le navigateur italien Jean de Verrazane, qui explorait l’Amérique du Nord pour le compte du royaume de France, fut le premier européen à entrer dans la baie qu’il baptisa Nouvelle-Angoulême. L’année suivante, il prépara une seconde expédition mais la captivité de François Ier en Espagne avorta cette entreprise. Près d’un siècle plus tard, le navigateur britannique Henry Hudson, aborda cette même baie en 1609 pour le compte de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales. Il fut le premier à débarquer sur l’île de Manhattan afin de cartographier les lieux et remonta le fleuve qui borde cette même île, qui plus tard, portera son nom. Cinq ans après, le navigateur néerlandais Adriaen Block, fut envoyé à son tour afin de préparer le futur établissement d’une colonie permanente.

  

Un peu d'histoire sur l'emblématique ville américaine

En 1624, un groupe de 110 colons néerlandais gagnèrent l’embouchure du fleuve Hudson et peuplèrent la nouvelle province qu’ils nommèrent Nouvelle-Néerlande. Si la plupart des colons se dispersèrent, un petit groupe s’établit sur l’île de Manhattan et fonda la ville de Nieuw Amsterdam. Deux ans plus tard, Pierre Minuit, qui venait d’être nommé gouverneur de la province, racheta l’île de Manhattan aux Amérindiens en échange de verroterie d’une valeur de 60 florins, soit 24 dollars. A l’époque, la colonie qui ne que comptait 270 âmes, s’avérait très délabrée. Il fallut attendre 1647 et l’arrivée de Pieter Stuyvesant au poste de gouverneur, pour que la colonie se développe enfin. Ce dernier supprima la liberté de culte, dota la ville d’un mur d’enceinte, le long de l’actuelle Wall Street et conquit la colonie de Nouvelle-Suède, établie sur le fleuve Delaware. La culture du tabac et le commerce des fourrures devinrent les principaux échanges économiques. Néanmoins, en Europe, les Néerlandais multiplient les conflits avec les Britanniques. Dans le Nouveau-Monde, ces derniers ont fondé la colonie de Nouvelle-Angleterre, depuis leur arrivée en 1620 sur le Mayflower. Souhaitant asseoir leur emprise sur l’Amérique du Nord, les Britanniques, menés par le duc d'York, futur Jacques II, s’emparèrent de la colonie néerlandaise en 1664 qu’ils renommèrent New York. Lorsque la Guerre d’Indépendance Américaine éclata en 1775, New York se rallia aux Treize Colonies. L’année suivante un quart de la ville fut détruit dans un gigantesque incendie. Lors de la signature du Traité de Paris en 1783, les colonies américaines accédèrent à l’indépendance et New York fut choisie comme capitale et siège du Congrès deux ans plus tard. Malheureusement, elle perdit ce statut en 1790 au profit de Philadelphie, de même que le gouvernement de l’Etat de New York qui déménagea à Albany en 1797. Au XIXe siècle, New York connut une croissance record, grâce à son port qui devint le plus important du monde, adopta un plan hippodamien et se dota de lieux emblématiques comme Central Park. Le XXe siècle vit la multiplication des gratte-ciels et l’émergence d’un « melting-pot », largement favorisé par les liaisons maritimes transatlantiques jusqu’à la décennie 1950. Aujourd’hui, New York continue à refléter la grandeur des Etats-Unis et demeure une destination mondiale emblématique. On y trouve notamment Financial District. Présent à l’extrême sud de l’île de Manhattan, il s’agit du quartier d’affaires de la ville où l’on trouve notamment la Bourse de New York et la célèbre Wall Street. C’est également l’ancien emplacement de la colonie originelle de Nieuw Amsterdam. On y découvre aussi Times Square. Devant son nom à l’ancien siège du New York Times, cette place populaire et extrêmement animée, située entre Broadway et la 42e avenue, est célèbre pour ses nombreuses enseignes publicitaires, ses théâtres et ses magasins de marque mondialement connus.      

Le mythique quartier de Manhattan

Quartier incontournable de la « Grosse Pomme », ce dernier se situe sur une île entourée par le fleuve Hudson, à l’ouest, l’East River à l’est et la rivière Harlem au nord, qui la sépare du Bronx, seul quartier continental de la ville. D’une superficie de 60 km² environ, il abrite une population de près de 1 665 000 habitants. On divise généralement Manhattan en trois zones. Downtown correspond au sud de l’île et englobe Financial District, Chinatown et Soho. Midtown, présent au sud de Central Park, concentre la plus grande zone commerciale et les monuments et bâtiments les plus emblématiques. Enfin Uptown se réfère aux quartiers résidentiels présents au nord de Central Park. Facilement repérable grâce aux gratte-ciels qui se comptent par dizaines, Manhattan abrite également le quartier financier de la ville ainsi que les principaux attraits culturels.

Manhattan trouverait ses origines dans la langue algonquine. En effet, lorsque le navigateur britannique Henry Hudson débarqua sur l’île en 1609, il apprit des indiens Lenapes, qu’ils appelaient cette terre Manna-hata, ce qui signifierait « l’île aux nombreuses collines ». Quatre ans plus tard, Jan Rodrigues devint le premier colon à s’établir sur l’île, avant qu’il ne soit rejoint onze ans plus tard par une centaine de colons néerlandais. Ces derniers, d’abord dispersés, revinrent peupler le sud de l’île et érigèrent un fort afin de se protéger d’éventuelles attaques. En 1664, l’île fut conquise par les Britanniques et devint une possession officielle avec la signature du traité de Bréda de 1667. En un siècle de domination britannique, la population fut multipliée par 10 passant de 2 000 à 22 000 âmes, à la fin de la Guerre d’Indépendance Américaine. La seconde moitié du XIXe siècle marqua le commencement d’une immigration massive venue d’Europe. Manhattan finit par être trop étroit pour suffire à New York qui commença à s’étendre au nord et sur les îles alentours. Dans les premières années du XXe siècle, Manhattan fut marqué par le mouvement Harlem Renaissance qui vit émerger des artistes afro-américains de renom et connut une profonde métamorphose de son paysage urbain, suite à l’érection de nombreux gratte-ciels tels que l’Empire State Building ou le Chrysler Building, étroitement liés à ce quartier, qui, selon la légende, ne dort jamais. Découvrez quelques points d'intérêts majeurs dans Manhattan…

Battery Park

Présent au sud de Manhattan, ce parc de 8,5 hectares très prisé des habitants, possède un cadre verdoyant ponctué de monuments et d’œuvres d’art. Disposant d’une promenade le long de l’Hudson River, il offre un magnifique panorama sur la baie de New York. Ancien emplacement de Fort Amsterdam, construit par les Néerlandais, puis de Castle Clinton érigé en 1811, il doit son nom aux pièces d’artillerie qui y étaient jadis installées pour la défense de la ville. Aujourd’hui, ce lieu retrace l’histoire des principaux évènements de la ville et s’avère être le point de départ des ferrys vers Liberty Island et Ellis Island.

Liberty Island

D’abord connue comme Bedloe's Island, cette île de 0,06 km², présente dans la baie de New York, doit sa renommée au plus célèbre monument qu’elle soutient : la Statue de la Liberté. Cette dernière, conçue par le sculpteur Auguste Bartholdi et l’ingénieur Gustave Eiffel, fut offerte par le peuple français pour commémorer le centenaire de l’Indépendance Américaine. Disposée sur Fort Wood, une ancienne fortification militaire en étoile achevée en 1811, elle mesure 46 mètres de haut.

Ellis Island

D’une superficie de 11 hectares, Ellis Island est une autre île incontournable de la baie de New York. Entre 1892 et 1954, elle abrita un centre d’examen et devint un point de passage obligatoire pour les immigrants les plus modestes qui souhaitaient entrer aux Etats-Unis. On estime que 12 millions de personnes y ont transité. Depuis 1990, elle abrite le Musée National de l'Histoire de l'Immigration des États-Unis.

Ground Zero et One Wold Trade Center

Ancien emplacement où se dressaient les tours jumelles du World Trade Center avant 2001, ce site abrite le Mémorial du 11 septembre. Achevé en 2011, il représente par un parc et deux bassins qui rendent hommage aux victimes des attentats dont les noms sont gravés à jamais. Trois ans plus tard, un musée exposant les stigmates de cette tragédie ouvrit ses portes. En son centre, se dresse le One World Trade Center, gratte-ciel de 541 mètres, qui est devenu, depuis son inauguration en 2014, le plus haut bâtiment des Etats-Unis.

Publié le jeudi 10 décembre 2020 à 15:08

À propos de l'auteur

Jean-Charles Jean-Charles Thillays : Passionné de croisières depuis qu’il est tout petit, Jean Charles alimente le blog et encadre très régulièrement nos groupes. Les croisiéristes apprécient tout particulièrement ses «ateliers de navigation» qu’il prodigue avec passion.